nouchi.com

Switch to desktop Register Login
15 Oct

Cameroun : un gendarme tue une écolière en zone anglophone

Un officier de gendarmerie aurait été tué dans une action de gang après avoir prétendument tiré avec son arme et tué une petite écolière.

L’incident s’est produit jeudi matin à un poste de contrôle de sécurité autour de la co-cathédrale de la Miséricorde Divine dans la ville de Buea, dans la région sud-ouest du Cameroun.

Bien que les autorités de l’État n’aient pas encore publié de communiqué officiel, des sources ouvertes affirment que l’officier de gendarmerie, lynché par une foule, pour tenter d’immobiliser une voiture à un poste de contrôle de sécurité, a abattu une écolière de trois ans accompagnée de ses parents. à l’école.

Les passants et les passants se seraient fait justice eux-mêmes. Ils ont ensuite été rejoints par une foule épaisse pour traduire la foule en justice sur le gendarme présumé.

Une vidéo de l’action mafieuse devenue virale montre des policiers qui regardent impuissants le gendarme être lapidé à mort.

Peu de temps après, la situation s’est transformée en une manifestation populaire alors que la foule en colère marchait avec le cadavre de la petite fille de Molyko jusqu’au bureau du gouverneur et retour.

Au bureau du gouverneur, la foule a scandé des chansons exigeant la fin des contrôles de sécurité transformés en postes d’extorsion.

« 500 FCFA ! 500 FCFA », ont-ils scandé, exhortant les autorités à décontaminer les forces de sécurité dans ce pays ravagé par la corruption.

Certains manifestants allèguent que le gendarme a tiré sur la voiture, tuant l’écolière parce que le conducteur de la voiture ne s’est pas arrêté et a offert un pot-de-vin de 500 FCFA (moins d’un dollar). Le gouverneur de la région du sud-ouest, Okalia Bilai Bernard, était sur place pour recevoir la population indignée.

Le gouverneur a appelé au calme et a qualifié la situation de malheureuse.

« C’est en effet un incident choquant. Un enfant innocent a été assassiné. Nous sommes tous sous le choc. Je veux vous assurer que ceux qui l’ont fait, certains sont déjà entre les mains de la loi », a déclaré le gouverneur.

Pendant ce temps, les restes de la petite fille ont été exposés sur la place Bongo dans les quartiers des greffiers. Une femme âgée s’est déshabillée pour protester contre la brutalité des forces de sécurité.

Le cadavre sans tête a été promené jusqu’à l’esplanade du stade Molyko, paralysant la circulation.

Au moment d’aller sous presse, la route menant au stade Molyko et à toute la zone environnante avait été envahie par une foule immense. Le stade avait été ouvert à la population en colère et l’évêque du diocèse de Buea, Son Excellence Michael Bibi, s’apprêtait à s’adresser à la population.

C’est une histoire en marche…

Source: Cameroonmagazine.com

Nouchi.com © 2000-2013 Weblogy Group Ltd. Tous droits réservés.

Top Desktop version